GIAP

Giap



(1912-)

Vô Nguyen Giap naquit en 1912 à An Xa, dans la province de Quang Binh. En 1933, il s'inscrivit à la faculté de droit. Son activisme politique l'obligea cependant à s'exiler. En Chine, il rencontra Hô Chi Minh et fut l'un des fondateurs du Viêt-minh, en mai 1941, avant de retourner au Viêtnam pour y organiser la subversion politique et créer des embryons d'unités militaires. II mit sur pied les premières « équipes de propagande armée », noyau de l'ANV, en décembre 1944, et fut nommé commandant en chef des armées et ministre de l'Intérieur dans le gouvernement révolutionnaire de Hô Chi Minh, en 1945.

Expert en logistique et stratège avisé, il battit les Français à Diên Biên Phu en 1954 et devint ensuite ministre de la Défense et membre du bureau politique du comité central nord-vietnamien. Les détracteurs de Giap disent que sa prudence habituelle faisait parfois place à une témérité inopportune. Ils en donnent pour preuve sa décision de passer de la guérilla à la guerre classique en 1951, dans le delta du fleuve Rouge, puis en 1968, avec l'offensive Têt, et en 1972, avec l'offensive du Vendredi saint. En termes de guerre conventionnelle, ces deux dernières opérations furent pour Giap de lourdes défaites sur le plan tactique et militaire. II faut cependant se demander si les bénéfices stratégiques et politiques qui en résultèrent n'avaient pas joué un rôle capital dans sa décision de les organiser. Après 1972, Giap fut éclipsé par son protégé Van Tiên Dung, qui conduisit les forces de Hanoi à la victoire en 1975. Revenant à une doctrine de lutte politique prolongée lorsque le Viêt-nam réunifié se sentit menacé par le Cambodge de Pol Pot, Giap dut quitter son poste de ministre de la Défense en 1980 et le bureau politique l'année.