ALEXANDRE LE GRAND

Alexandre le Grand





(356-323 avant J.-C.)
  Roi de Macédoine, il naquit dans un petit royaume reculé et mourut à Babylone, trente-trois ans plus tard, à la tête d'un vaste empire. Une formidable bravoure, à laquelle s'ajoutait un grand sens de l'opportunité tactique, caractérisa sa brève carrière.

Dans tout ce qu'il entreprit, Alexandre fit preuve d'une détermination inflexible, qu'il s'agisse de soumettre Tyr l'«imprenable» par terre et par mer (332), de poursuivre Darius, ou encore d'étendre ses conquêtes à travers le monde.

Après sa visite au temple d'Amon, il rentra persuadé qu'il était d'essence divine. Certes, sa petite armée de fidèles piquiers et cavaliers lacédémoniens le traitait comme un dieu, mais lorsqu'ils finirent par se révolter au Punjab, après avoir passé huit ans sous ses ordres et parcouru des milliers de kilomètres, il en fut profondément blessé ; il ne perdit pourtant jamais la foi qu'il avait en lui-même.

Avec la même sincérité, Alexandre pouvait réduire en esclavage et massacrer les habitants d'une ville, comme ceux de Thèbes, en 336, et chercher à unir les peuples de Macédoine et de Perse. Influencé par Aristote (qui avait été son précepteur pendant trois ans), il se chargea de diffuser la civilisation hellénistique bien au-delà des frontières de ses lointaines conquêtes. Son héritage est immense.