RENAULT UE

Pendant le première guerre mondiale, le ravitaillement des troupes s'effectuait soit à dos d'hommes, soit avec des animaux. C'était lent et aléatoire. L'armée française étudia la possibilité d'équiper des Compagnie Hors Rang d'un engin pouvant ravitailler plus rapidement et dans de meilleures conditions de sécurité les troupes au front.
L'engin devra posséder une vitesse sur route d'environ 25 km/h et d'une grande aptitude au tout-terrain. Mais à cette époque, l'engin à chenille le plus rapide ne dépasse pas les 7,5 km/h. A la fin des années 20, les britanniques se sont spécialisés dans les engins à chenilles, légers et rapides. Sans solution nationale, les français importent des chenilles et remorques d'Angleterre pour effectuer des essais.
L'engin anglais est de loin très supérieur à ce qui existe en France mais il a cependant de gros défauts, comme celui de ne pas posséder de toit blindé, de plus, il faudrait plusieurs milliers d'engins pour équiper l'armée française, et il n'est pas question d'acheter en Grande-Bretagne.
L'Etat-Major demande donc aux constructeurs nationaux de réaliser un engin similaire à celui des Anglais. C'est Renault et son modèle qui sont choisit aprés des essais en 1931. Tout va alors s'accelérer car l'infanterie Française tient beaucoup à cet engin qui peut transporter le raviatillement mais aussi tracter le canon antichar de 25 mm, emporter un mortier et ses munitions.

UE avec casemate blindée et mitrailleuse de 8 mm, version refusée puis acceptée en 1940

L'engin se présente sous la forme d'un châssis chenillé blindé avec une benne basculante à l'arrière, le poste d'équipage comprend un chef de voiture et un mécanicien conducteur. L'équipage est intégralement protégé par le blindage.
Le besoin estimé de l'armée est d'environ 6000 exemplaires. Renault développe alors sa capacité de production puis à partir de 1936, on fait appel à l'AMX et à Berliet et Fouga à partir de 1937. Renault ne fabrique plus que les pièces puis les autres constructeurs assemblent le modèle.


version UE2

Il va exister plusieurs modèles de la Renault UE. L'un comportera une boîte de vitesse à 3 rapports et l'UE2 avec une boîte de 4 rapports. A la mobilisation de septembre 1939, environ 2 900 engins auront été livrés. La production va atteindre les 300 véhicules par mois pour un total de 5 200 chenillettes en juin 1940.
L'engin n'est pas armé, car l'Etat-Major a peur que l'on s'en serve comme engin de combat et donc que son but initial soit détourné. Pourtant, en mai 1940, des équipages monteront un fusil-mitrailleur, protégé par des sacs de sable. L'armée allemande découvrant cet engin va en faire grand usage, car elle ne possédait pas ce type d'engin blindé. Elle va transformer l'UE pour qu'il puisse servir de lance-fusées ou de chasseur de char avec un canon de 37 mm.

Equipage : 2 hommes
Masse en ordre de combat : 2,6 tonnes
Dimensions :
longueur hors tout : 2.80 m - Largeur hors tout : 1.74 m - Hauteur hors tout : 1.25 m
Moteur : Renault de 38 CV.
Charge utile : 350 kilos
, avec remorque : 600 kg.
Autonomie : 100 km.
Vitesse : 30 km/h maximale.

Blindage : 9 mm