LE LVTP 7 AMERICAIN

L'armée américaine cherchait depuis quelque temps à remplacer ces LVTP5 par de nouveaux matériels, les premiers prototypes, appelé LVTPX12, sortirent en 1967. Après essais, le véhicule reçut la désignation officielle LVTP7 (Landing Vehicle Tracked Personnel Model 7). En 1970 un contrat fut signé, FMC engageant la production de 942 exemplaires de l'engin d'une valeur totale de 78 millions de dollars. Commencée l'année suivante, la fabrication devait durer jusqu'en 1974. Outre le Marines Corps américain, il y eut des clients à l'étranger Argentine (21 ex.), Italie (25), Corée du Sud (61), Espagne (19), Thaïlande (23) et Venezuela (11). Exception faite de diverses missions pacifiques au Liban, le modèle n'a jamais pris part à des combats, sauf lors de la guerre des Malouines : un LVTP7 des fusiliers marins argentins fut détruit par une arme antichar légère Carl Gustav.

LVTP7, une masse compacte.

Plus récemment, le LVTP7A1 est entré en production pour le compte du Marine Corps, et il est prévu que la plupart des LVTP7 d'origine soient modifiés de façon à répondre à ces nouvelles normes. Cela implique le remplacement du moteur Detroit-Diesel par un Diesel Cummins, ainsi que la mise en place d'appareils de vision nocturnes passifs, d'un générateur de fumée, d'un système anti-incendie, d'une ventilation améliorée pour le compartiment des troupes, ainsi que des modifications de l'armement de 12,7 mm. Trois LVTP7 ont été récemment équipés, à des fins expérimentales, d'une tourelle occupée par un seul homme et armée d'un lanceur de grenades de 40 mm, ainsi que d'une mitrailleuse de 12,7 mm; mais pour le moment cette variante n'est pas encore entrée en production. Le LVTP7 a une caisse en aluminium corroyé. Le bloc moteur et les systèmes de transmission sont à l'avant, tout comme la tourelle, armée d'une mitrailleuse de 12,7 mm et installée sur la droite. Le compartiment des troupes est à l'arrière : on entre et on sort du véhicule par une rampe commandée électriquement. Le toit comporte un vaste panneau composé de trois éléments qui se replient sur les côtés afin de permettre le passage de soldats ou de matériel en cas de manceuvres côte à côte avec d'autres navires. L'engin peut emmener 25 Marines. Une fois à flot, le véhicule est propulsé par deux puissants jets d'eau placés à l'arrière de chaque côté de la caisse. S'ils cessent de fonctionner, les chenilles de l'engin prennent le relais, mais à vitesse plus lente.

Diverses variantes ont été mises au point à partir du modèle de base. Le LVTC7 est un véhicule de commandement; il dispose de 12 hommes d'équipage et de systèmes de communication très complets. Le LVTR7 a des fonctions de sauvetage, et dans ce but a été pourvu d'un treuil (pour la récupération des véhicules endommagés), d'une grue lui permettant d'effectuer des réparations sur le terrain et de tous les outils nécessaires. II était aussi prévu de construire un engin équipé d'une lame de bulldozer commandée hydrauliquement et d'un dispositif de nettoyage de mines, mais il n'a pas dépassé le stade de prototype. Une variante qui devait remplacer le LVTH6 et qui aurait dû être armée d'un obusier de 105 mm n'a, quant à elle, jamais quitté la planche à dessin. Des essais menés en 1984 ont permis de tester un LVTP7 doté d'une tourelle de char léger Sheridan armée d'un canon de 105 mm.

L'engin parfait pour les débarquements de troupe, style US marines corps

CARACTERISTIQUES LVTP7

EQUIPAGE

3 + 25 hommes

POIDS

22 837 kilo

MOTEUR & PUISSANCE

Detroit-Diesel Modèle 8V-53T
développant 400 ch.

PERFORMANCES

vitesse maximale sur route, 64 km/h;
vitesse maximale à flot, 13,500 km/h;
autonomie maximale sur route, 482 km;
gué : amphibie; pente, 60 % ;
tranchée, 2,43 m ;
obstacle vertical, 0,91 m

DIMENSIONS

longueur 7,94 m; largeur 3,27 m; hauteur 3,26 m.