LES AUSTRALIENS AU VIETNAM

Le gouvernement australien décida d'envoyer des troupes pour une raison évidente, la peur que les communistes ne gagnent le sud et accentuent leur emprise en océanie.
En 1962, il décida donc d'acheminer une trentaine de conseillers. En 1965, ces "conseillers" avaient atteint un tel effectif, que le gouvernement australien changea de politique. Il achemina des troupes n'ont plus pour conseiller mais pour combattre.
.

Ils furent environ 1400 à débarquer en 1965, l'évènement était tel, que c'est le général Wesmorland en personne, qui les accueillit. Le contingent d'intervention australien au vietnam, a atteint le nombre d'environ 7 700 hommes. Les forces terrestres furent essentiellement chargées d'effectuer des missions de nettoyage dans le sud-est de Saïgon, dans la province de Phuoc Tuy.

Entre les mois de juin 1966 et novembre 1971, les "kangourous" s'oocupèrent de la guérilla qui sévissait dans la province de Phuoc Tuy. Cette région, au sud-est de Saïgon faisait partie de la zone du IIIème corps. C'était une zone trés active pour les viet-congs, beaucoup de troupes s'amassaient dans cette zone, se reposaient...
La composante australienne se composait de deux bataillons, un troisième est venu compléter l'effectif par la suite. Son premier objectif était de prendre le contrôle de la plaine centrale de la région. Il est a remarqué d'ailleurs, que ce premier mouvement amena une des rares batailles rangées de la guerre du vietnam. En effet, 18 août 1966, une compagnie du 6ème Régiment royal australien, se heurta de plein fouet au 275ème régiment viet-cong. Ce dernier aprés de rudes combats et des assauts répétés, se retira, en laissant de nombreux cadavres sur le terrain.
Cette réussite au combat, a offert aux troupes australiennes de se tourner vers un nouvel objectif. Ils décidèrent de s'attaquer à la guérilla viet-cong sur un secteur qui était couvert par l'artillerie allié.

Les troupes australiennes étaient de trés bonnes troupes dans les combats de guérilla, ils avaient eu l'expérience de la Malaisie entre 1948 et 1960. Ces hommes possèdaient des techniques propres à ce genre de mission. Ils avaient, par rapport à leurs alliés américains, troquer le casque lourd pour le bob ou le béret. De plus, les officiers avaient pour habitude d'enlever leur grade et distinction pour éviter d'être pris pour cible par les viet-congs. Leur armement était standard mais c'est leur technique qui l'était moins, doublé d'un moral de fer, ils obtinrent de trés bon résultats. Pour preuve la cinquantaine de médailles décernées à ces hommes, plus 4 Victoria Cross.
Des techniques trés sures, comme le déplacement des villageois dans d'autres villages sécurisés, la mise en place de troupes locales fidèles au régime de Saïgon... Le but final de ces techniques était de priver les combattants viet-congs du soutien des populations locales. Ravitaillement pertubé, protection non assurée, soins des blessés refusés...

Mais tous les résultats ne furent pas aussi concluant. Plusieurs opérations ponctuelles connurent l'échec. Notamment, lors de l'installation d'une zone minée. Vers Dat Do, ils construisirent une barrière de mines, or les viet-congs s'emparèrent de la zone. Ils purent ainsi récupérer les engins, les mines et tout le matériel se trouvant sur place. Mais le gros point faible du dispositif australien restait le manque d'effectif. Comment tenir une zone immense avec deux, voir trois bataillons. Même avec des troupes spécialisées dans ce genre d'action, c'est trop peu quantitativement.

Ces techniques de pacification donnèrent toutefois de bons résultats au final. Mais comme aux Etas-Unis la guerre devint de plus en plus impopulaire. Les troupes envoyaient effectuées des rotations comme les GI américains, le nombre total d'australiens morts aux combats est d'environ 496 pour 2 400 blessés. Les effectifs australiens qui participèrent à cette guerre du vietnam furent au total de 46 852 hommes.

Des résultats honorables pour une participation minime mais avec des effets désastreux sur la politique intérieure australienne, telle est la conclusion que l'on peut tirer de l'intervention australienne au vietnam.