VOITURE BLINDEE ROLLS ROYCE

A la déclaration de guerre, le Royal Naval Air Service envoya en France et en Belgique des véhicules et des aéroplanes. Arrivés sur le continent, certains officiers de marine virent quel usage les Belges faisaient des voitures blindées afin de ralentir l'avance allemande, lançant des raids et menant des missions de reconnaissance. En quelques jours, des voitures de tourisme RollsRoyce (de type Silver Ghost), utilisées jusque-là par le RNAS, furent reconverties à Dunkerque et munies de plaques de blindage sur les côtés. Une mitrailleuse était installée derrière le conducteur. L'Amirauté prit bonne note du succès de l'entreprise et accepta de faire fabriquer des véhicules blindés montés sur le châssis de la Silver Ghost. Dès la fin de l'année, les premiers exemplaires de série arrivaient en France.
Ces véhicules reçurent l'appellation de voitures blindées RollsRoyce (modèle à tourelle de l'Amirauté 1914). C'était une simple Silver Ghost blindée et dotée d'une tourelle; tout au plus avait-on renforcé les ressorts pour qu'ils puissent supporter le supplément de poids. Le blindage recouvrait tout le châssis; la tourelle, armée d'une mitrailleuse Vickers ou Maxim, avait des bords inclinés, qui la faisaient un peu ressembler à une mitre d'évêque. Restait derrière elle un emplacement libre, destiné au transport de matériel ou d'une mitrailleuse (non montée sur la voiture). Le blindage du sommet de la tourelle pouvait être ôté en cas de besoin; le radiateur était également blindé. Ces voitures restèrent en service jusqu'en 1922.
En mars 1915 les premiers escadrons d'automobiles blindées du RNAS étaient à pied-d'oeuvre en France, généralement équipés de Rolls-Royce. Jusque-là ils avaient accompli des patrouilles et des missions de reconnaissance le long des côtes belges et françaises. La « course à la mer » prit fin quand les armées parvinrent à la mer du Nord : la guerre de tranchées devint désormais la seule forme de combat. Les Rolls-Royce n'eurent plus guère l'occasion de se distinguer, et les escadrons créés par la suite patrouillèrent sur la côte est de l'Angleterre. Ceux envoyés en France, n'ayant pas d'actions à mener, finirent par être dissous; leurs véhicules furent transférés à l'armée de terre britannique.
.

Les voitures blindées Rolls-Royce reçurent des missions pour d'autres théâtres d'opérations, généralement outre-mer : à la frontière nord-ouest de l'Inde, à Gallipoli (où leur rôle fut nul), dans les possessions allemandes du sud-ouest de l'Afrique (où elles se comportèrent brillamment, lors d'une campagne restée peu connue), et en Ouganda. C'est dans les déserts d'Egypte et de Libye, ainsi que dans la péninsule d'Arabie, qu'elles connurent leurs plus grands succès, se révélant remarquablement fiables et rapides en dépit d'un environnement très hostile. Elles étaient secondées par des véhicules analogues dont l'un, dépourvu de tourelle, servait à transporter du matériel.
Les voitures blindées Rolls-Royce restèrent en service jusqu'en 1922, date à laquelle on les remplaça par des modèles modernisés, les voitures blindées Rolls-Royce modèle 1920. En Inde, cependant, certains exemplaires furent utilisés jusqu'à la Seconde Guerre mondiale
.

CARACTERISTIQUES

EQUIPAGE

3-4 hommes.

POIDS

3.5 tonnes

MOTEUR

Rolls Royce à essence développant 40/50 ch.

PERFORMANCES

Vitesse maximale 95 km/h.
Autonomie 240 km.