LA BATAILLE DE CHICKAMAUGA - 1863

Après Tullahoma (22-28 juin 1863), Rosecrans prépara très soigneusement son mouvement d'encerclement autour de Chattanooga. Le 29 août 1863 ses forces franchissaient la Tennessee en quatre points dans les environs de Bridgeport, Alabama, en aval de Chattanooga. De là, il envoya l'armée du Cumberland en trois groupes sur un front large de 80 km autour de Chattanooga. McCook était au sud de Lookout Mountain, Thomas occupait au centre les passes de Cooper et Stevens à Lookout Mountain (avec l'aide de sympathisants unionistes locaux), et Crittenden devait occuper Chattanooga après que Bragg l'eut quitté, ce qu'il fit le 8 septembre. Cependant, tous les rapports affirmant que Bragg fuyait en désordre vers Atlanta ou Rome, Géorgie, étaient faux. Thomas avertit Rosecrans que Bragg n'était pas si loin et qu'il était dangereux pour eux de trop disperser leurs forces, qu'il vaudrait mieux d'abord se concentrer et consolider les positions de l'Union sur Chattanooga avant d'aller plus loin.

Toutefois, Rosecrans était soumis à la pression incessante de Stanton et Halleck de poursuivre et "détruire" Bragg et il décida d'aller après lui. Il était également ennuyé de n'avoir pratiquement reçu aucune reconnaissance pour sa campagne de Tullahoma, et probablement il voulait se refaire en plaçant le grand coup. Bragg aussi était conscient que Rosecrans se trouvait largement dispersé, et il préparait plusieurs tentatives pour le battre en détail avant qu'il ne puisse se concentrer. Cependant, chacune de ces tentatives fut gâchée par les dissensions des subordonnés de Bragg et leur désobéissance aux ordres. L'une de ces tentatives eut lieu à McClemore's Cove, directement à l'Est de la passe de Stevens. C'était une vallée étrange avec peu de débouchés juste à l'Ouest de La Fayette, Géorgie. Une fraction du commandement de Thomas sous Negley avait avancé dans la vallée par une entrée à l'ouest. Negley était supposé continuer, mais lui et Thomas, alarmés par les rapports des éclaireurs signalants de grandes masses de troupes confédérées à quelques kilomètres devant Lafayette (et également avertis par des sympathisants unionistes de la crique) s'arrêtèrent et attendirent deux jours (11-12 septembre 1863). Ce qui aida également Thomas c'est son service secret qui avait déchiffré les codes des signaux de Bragg. L'Union n'avait pas seulement les meilleurs canons, mais aussi les meilleurs mathématiciens.

Cependant Bragg essayait de construire un piège. Hindman devait attaquer Negley par le nord, et A.P. Hill devait attaquer par l'est au son de l'attaque menée par Hindman. Negley aurait du être pris dans une nasse si Hindman n'avait pas trouvé des latitudes dans ses ordres et retardé son action. Bragg, attendant avec Hill d'entendre le son du canon venant du coté nord de la crique, hésita aussi. Trop longtemps, Negley poussa en arrière à l'ouest de la crique et échappa au piège. Au cours des semaines suivantes Rosecrans concentra frénétiquement ses trois groupes pendant que Bragg essayait de le prendre de flanc et de lui couper les routes principales en arrière vers Chattanooga. Ceci conduisit à une confrontation entre des patrouilles de cavalerie qui amenèrent à la bataille générale de Chickamauga Creek les 19-20 décembre 1863.

Selon Ambrose Bierce, ingénieur topographique servant avec hazen sous Thomas pendant la bataille de Chickamauga, le combat se réduisit a la lute pour le contrôle d'une route", celle de McFarland allant de la gauche fédérale vers Chattanooga par la passe de McFarland. Ni Rosecrans, ni Bragg n'étaient prêts à combattre. Bragg était plus regroupé mais, jusqu'à l'arrivée du corps de Longstreet le 18 septembre, il était numériquement inférieur à l'armée du Cumberland. Avant l'arrivée de Longstreet, Bragg avait fait plusieurs tentatives pour engager des portions de l'armée de Rosecrans, mais les mauvaises communications et la complète désobéissance de quelques uns de ses subordonnés (en particulier Polk, Hindman et A.P. Hill) avaient tout fait échouer. Les unités séparées de Rosecrans avaient été forcées d'accomplir des marches de nuit afin d'arriver ensemble et simultanément d'approcher au plus près de Chattanooga. Bragg avait fait mouvement dans le même temps, se déplaçant vers le nord afin de tenter de se mettre entre Rosecrans et Chattanooga.

Le premier contact important pris place le 18 entre les deux cavaleries. Pour des raisons difficiles à comprendre et impossibles à expliquer, une attaque de Polk contre Crittenden sur la gauche de Rosecrans ne vint pas. De plus, le terrain était complètement impraticable pour une attaque ou une défense coordonnée tant il était boisé. Steele écrivit: "Aucune des armées ne connaissait les positions exactes de l'autre… Il est probable que les commandants de division des deux cotés ne savaient pas vraiment ou se trouvaient leur propre commandement, dans les bois épais, laissant isolées les autres troupes de leur propre armée, ou les troupes de l'armée hostile. Les lignes étient, à ce moment, longues d'environ six miles." En plus de cela, avec l'arrivée du corps de Longstreet le 18, le jour précédent la bataille, et l'arrivée de Longstreet lui-même tard dans la nuit du 19, il est facile d'imaginer la confusion dans la disposition des deux armées.

A nouveau, le premier combat fut livré entre des unités de cavalerie qui conduisit à l'engagement général, lui-même dégénéra en une mêlée de toute une journée ou aucun des deux camps ne put affirmer avoir un quelconque avantage. Au cours de la nuit, encore plus d'unités des deux camps battirent la semelle comme Rosecrans se préparait à se défendre et Bragg à attaquer. Bragg avait conçu un plan de bataille compliqué qui reposait sur une attaque préliminaire de Polk contre la gauche de l'Union, mais il n'eut pas l'ordre, ou bien il l'eut mais l'ignora, et même si il l'avait bien eu, il aurait tardé à l'exécuter (par principe), donc il n'y eut pas d'attaque à l'heure prévue. Longstreet, sur la gauche de Bragg, devait attaquer quand il entendrait les sons de l'assaut de l'autre coté de la ligne, mais comme il n'y eut pas d'attaque de ce coté, Bragg envoya l'ordre d'avancer directement aux commandants de divisions, passant au dessus de Longstreet. En tous cas, la bataille commença. Thomas était à ce moment sur l'extrême gauche de l'Union protégeant la très importante route qui allait à Chattanooga. Son appel pour des renforts créa par inadvertance une brèche sur la droite nordiste. L'histoire trop souvent répétée que Wood obéit de son propre grès à un ordre de Rosecrans qu'il savait être mal avisé, n'est probablement pas vraie. Il lui fut ordonné de l'exécuter par McCook qui passa plus tard en cour-martiale (mais ne fut pas ouvertement blamé) pour son action dans la bataille. En tous cas, une brèche fut ouverte, et les hommes de Hood furent heureux de la trouver là juste au moment où ils faisaient une des fameuses attaques "tout ou rien" à la Hood. La droite fédérale, déjà dans un état avancé de confusion, s'effondra. Rosecrans et la plupart de ses officiers s'enfuirent vers Chattanooga, ce qui effectivement devait mettre fin à leur carrière militaire. Negley, déclaré malade avant la bataille, tourna les talons et emmena avec lui toute l'artillerie de l'Union. Charles Dana, assistant Secrétaire d'Etat et l'espion de Stanton, paniqua aussi et ordonna à toute la brigade de Wilder, qui jusque là semblait être partout sur ce champ de bataille, de l'escorter en arrière à Chattanooga. Vers midi ou à peu près, Thomas se retrouva seul avec 25.000 hommes sur le terrain contre près de 60.000 confédérés. Aussitôt qu'il se rendit compte de sa situation, il concentra ses troupes autour de Snodgrass Hill et résolut de combattre et de tenir jusqu'à la nuit, ce qu'il fit. Il y fut aidé par les attaques frontales aveugles que Longstreet lança de l'extrémité sud de la ligne confédérée, et par l'arrivée de Granger dans l'après-midi avec le corps de réserve et les munitions. Cela aida également que les hommes de Thomas étaient les mieux entraînés et les plus motivés de toute l'armée ou même de tout le pays. A la fin du jour, Thomas n'avait pas craqué, et il fut capable de reculer sur McFarland Gap par étapes, sauvant ainsi l'armée de l'Union. Thomas fut dès lors connu comme le "Roc de Chickamauga" pour son exploit. Plus d'un an après c'est son action à Chickamauga qui fut citée comme la raison de sa promotion au grade de major général de l'armée régulière, pas sa victoire récente de Nashville, mais c'est une autre histoire…
Les statistiques de pertes racontent l'histoire à elles seules, les 58.000 fédéraux présents subirent 16 000 pertes (28%) et les 66.000 confédérés, 18.000 (28%). La bataille fut appelée les deux jours les plus sanglants de la guerre. Bragg avait remporté une victoire tactique, mais son armée était en presque aussi mauvais état que celle de Rosecrans. Bragg ne voulait pas poursuivre, et son armée n'était probablement pas en état de le faire, et alors Rosecrans conserva Chattanooga. La victoire de Bragg resta couteuse et stérile. Les pertes de Rosecrans étaient importantes mais, dans le long terme, sans conséquence.
Rosecrans avait été contraint de poursuivre Bragg avec plus d'impétuosité que de prudence et cela avait coûté cher. Est que cela en avait valu la peine ?