LE MIRAGE 2000 - 5

Le premier venu date de 1984, en effet l'armée de l'air cette année a commencé à mettre en service le premier Mirage 2000-5. Cette première version comportait le Radar Doppler Multifonctions (RDM), mais il avait des performances trop limitées pour attaquer des cibles en basse altitude. Quelques années après, en 1989, une deuxième version apparue, elle comportait un nouveau radar pouvant détecter des cibles à n'importe quelle altitude. C'était la première fois que l'armée de l'air disposait d'une telle arme. Dans le même temps, elle mit au point des versions différentes du Mirage 2000. Le 2000-N pour la force stratégique et le 2000-D pour l'appui et l'attaque au sol. Il faut bien comprendre l'importance de cet avion dans le système de défense français, en effet, 300 Mirage 2000 environ, équipent l'armée de l'air, ce qui est considérable. Le Rafale devrait peu à peu le remplacer mais pour l'instant c'est la moelle épinière de l'armée de l'air. Peu à peu, les avancées technologiques ont permis la création d'un nouveau type d'appareil, toujours basé sur le Mirage 2000, équipé du radar RDY et du nouveau missile Mica : le Mirage 2000-5.

L'autonomie a été augmentée, ceci était devenu nécessaire avec l'apparition des conflits modernes. De plus, la capacité d'engagement devait, elle aussi, augmentée. L'armée de l'air avait 3 solutions, le Rafale mais il fallait attendre trop longtemps, l'achat d'équipements à l'étranger mais trop coûteux, ou dernière solution, le Mirage 2000-5 qui était prévu initialement pour l'exportation. Elle opta donc pour la troisième solutions, la plus sage, la moins onéreuse et peut être la plus fiable. Pour équiper la flotte aérienne, il faut tout d'abord remettre au goût du jour les anciennes versions des radars, et les équiper avec les nouvelles comme le RDY, puis s'occuper du système de conduite de tir, qui doit supporter les missiles Mica. La transformation des anciens appareils a commencé; et le premier avion devrait être fournit à l'armée de l'air cette année, fin 1998. Cette nouvelle version appelée 2000-5 F devrait équiper les escadrilles de chasses, mais cette mutation ne débutera qu'en fin d'année. Peu à peu les mirages 2000 de l'armée de l'air seront à 75 % des versions avec le radar RDI et à 25 % avec les nouveaux 2000-5 F avec radar RDY et conduite de tir Mica. Les avions embarquants le radar RDM devront laisser leur place.


Le système Mica offre un avantage énorme aux pilotes, le missile est équipé; d'un radar. Ces missiles actifs permettent aux pilotes de dégager uns fois le tir effectué, le radar interne du missile fixant son objectif sans s'occuper de la route de son avion initial. L'ancienne version qui équipée les Mirages 2000 était semi-actif, elle obligeait le pilote a illuminer l'objectif avec son radar jusqu'à l'impact, ce qui le faisait approcher dangereusement de ses ennemis. De plus, autre avantage du Mica, celui-ci est plus petit et plus compact. Les nouvelles versions pourront donc emporter 6 missiles au lieu de 4. 4 Mica avec 2 Magic contre 2 missiles 530 et 2 Magic.

Enfin, l'espace du pilote a été repensé, le pilote avant sa mission peut programmer son ordinateur en lui précisant les données qu'il souhaitera voir pendant sa mission. Gain de temps et plus de sécurité car des manipulations sont évitées. En outre, les calculateurs s'occupent de présenter au pilote les options de tirs en fonction des différents paramètres, là aussi gain de temps et de sécurité. Mais le pilote peut couper à tout moment ce travail "mécanique" pour reprendre la main. L'homme sera toujours prépondérant.

Ce nouvel appareil devrait faire patienter l'armée de l'air en attendant l'arrivée de son "joujou", le Rafale. Le Mirage 2000-5 présente un bon compromis entre rigueur budgétaire et modernisme, ce qui en soit est déjà une performance.